Depuis 2019, LATEM a décidé de s’investir dans un projet innovant de Territoire apprenant

Qu’est-ce qu’un territoire apprenant

D’une manière générale, la notion de territoire apprenant repose sur l’idée que l’enseignement ou la formation doit céder le pas à l’apprentissage et que cet apprentissage ne se fait pas seulement tout au long de la vie mais aussi tout au large de la vie, lors d’expériences d’apprentissage diverses qui s’inscrivent sur un territoire.

En matière de développement professionnel, cette nouvelle conception du développement des compétences incite à s’appuyer sur les situations de travail et à repenser les accompagnements à l’apprentissage. C’est une révolution copernicienne qui vient poser l’expérience comme le point central du développement des compétences plutôt que la connaissance et derrière l’expérience celui qui agit, l’apprenant. Ce n’est plus le formateur qui transmet mais l’apprenant qui mobilise.

Penser que le développement des compétences est tiré par l’expérience n’exclut pas les parcours organisés d’apprentissage et l’enjeu de l’apport des connaissances, mais élargit l’espace de l’accompagnement jusqu’aux situation de travail. L’enjeu devient alors celui de s’organiser pour favoriser l’action d’apprendre dans toutes les situations (formelles ou informelles), par l’expérience ou en situation didactique, intentionnelle ou fortuite. il permet d’être attentif à une double adaptation individualisante : l’adaptation à l’apprenant, l’adaptation à l’environnement. Une approche en Territoire-apprenant conduit à collaborer entre les parties prenantes existantes dans l’objectif de combiner les expériences d’apprentissages diverses.

Comment développer et faire perdurer un « territoire apprenant » ?

Une voie pour développer un territoire apprenant repose sur une combinaison de modalités d’accompagnement à l’apprentissage et sur une organisation pour la favoriser.

Nous explorerons la combinaison des modalités d’apprentissage à partir de la diversité des modalités reconnues par la formation professionnelle : le présentiel, le digital et l’AFEST.

Notre projet s’attache à construire des modèles de scénarios adaptés à des thématiques mais aussi des publics variés.

A partir des acquis hétérogènes des outils traditionnels de la formation (taxonomie de bloom, modèle de Kirkpatrick) de l’apprentissage expérientiel (didactique professionnelle, cycle expérientielle de Kolb), des acquis et des possibilités de l’apprentissage par le numérique et de la conception universelle de l’apprentissage, les acteurs se proposent de développer une méthodologie transférable d’accompagnement à produire des apprentissages combinés dans leurs réseaux et en dehors.

Les possibilités d’une organisation participative prenant appui sur l’ensemble des possibles de la chaine de valeur de l’apprentissage seront explorées. L’approche modulaire et modèlaire sera largement mise à contribution pour rendre plausible et exploiter pleinement les synergies possibles tout au long de la chaine de valeur tout en favorisant une offre variée s’adaptant aux contextes et aux individus : échange, partage et collaboration sur les ressources graphiques et média, sur les objectifs d’apprentissage, sur les grains, sur les blocs de scénarios et scénarios d’apprentissage et sur les parcours et les besoins de formation. L’avancée dans le projet et l’échelle participative favorisera la mise en place progressive d’un design organisationnel efficient.

La diversité des postures d’accompagnement (pair, aidant, formateur, conseil, chercheur) permettra d’éclaircir les accompagnements possibles et les rôles de chacun dans la chaine de valeur globale des accompagnements sur un territoire apprenant, de la connaissance à sa mobilisation.

Par ailleurs, la pertinence du périmètre des territoires et des enjeux de proximité seront spécifiés en fonction de variables géographiques de localisation des organisations et des intensités de besoins selon les territoires.