Le monde est chaque jour différent et cela s’accélère. Les métiers doivent être réinventés avec méthode mais humilité : l’avenir ne se prévoit pas, il se prépare. Imaginer des scénarios, sous-peser les risques et opportunités, choisir avec clarté mais sans s’enfermer, permet de bâtir les compétences de demain. Il faut ensuite sortir de la stratégie pour entrer dans l’opérationnel : s’engager, approfondir, adapter les solutions premières, combattre les fausses évidences. Les ratés des stratégies viennent souvent se nicher dans les détails des situations de travail et notamment les interfaces, souvent sociales qui ont été mal appréhendées. Développer les compétences pour demain, c’est trouver des compromis opérationnels autour d’enjeux individuels et collectifs.

Expliciter les contours de l’expérience travail.

La première étape de toute transformation du travail est l’explicitation de l’expérience du travail. On part toujours de là où on est. Or notre conception du développement des compétences centré sur le diplôme a surévalué la dimension individuelle au détriment de la dimension collective du travail. La compétence, on le sait, est faite de savoir, de pouvoir et de vouloir mais elle est aussi faite de relations sociales et pas seulement de pouvoir, d’intentions collectives, de coordination formelle ou informelle. Elle est imminemment située.

Explorer les futurs possibles de l’expérience travail

La deuxième étape consiste à imaginer les hypothèses vraisemblables et à construire les scénarios cohérents en vue d’explorer les perspectives pour l’action.

Il ne s’agit plus là de prendre le passé comme un indicateur avancé de l’avenir mais de tenir compte des ruptures, des inflexions.

Réduire l’incertitude revient le plus souvent à rendre intelligible par rapport au présent, à latéraliser les projets ainsi qu’à construire des blocs imbriqués permettant les passerelles entre les scénarios.

Préparer le changement en combinant les apprentissages

Si les référentiels prospectifs aident à imaginer des parcours, construire les compétences de demain par l’intermédiaire de l’expérience consiste à ouvrir des dynamiques d’apprentissage. La digitalisation de l’entreprise dans DIGICOMP, c’est quoi principalement ? N’est-il pas déjà possible de vous préparer à la plupart des changements ? Revenir aux concrets possibles, c’est votre premier étape pour inventer le futur.

Expérimenter le travail autrement


L’expérimentation du travail autrement peut être réalisée en prospective lorsqu’on les variables clés changeantes sont identifiées. Il n’est pas besoin d’attendre la révolution des données pour préparer les salariés à leur analyse. De même l’autonomie dans l’action pressentie peut largement être expérimentée en conscience dans la quotidien. Préparer les salariés du futur par petits pas rend le futur plus sécurisant.